Les traitements sont-ils sécuritaires